[Lecture] Jamais deux sans toi de Jojo Moyes

Roman, 475 pages, 7,90e, paru en poche  le 19 juin 2015, Edition Milady collection Romance Poche.

Thèmes: Romance, Road trip, Précarité, Famille, Argent,…

Jess a la vie dure : elle élève seule ses deux enfants et se tue à la tâche pour arrondir les fins de mois. Comme un malheur n’arrive jamais seul, le don pour les maths de sa fille surdouée risque de rester lettre morte si personne ne la soutient. Quant à son fils, il est victime de harcèlement au collège et ne peut se défendre seul contre ceux qui s’en prennent à lui. Ed cherche à fuir un avenir incertain. Il a du temps à revendre et veut leur venir en aide… Une histoire d’amour aussi captivante que non conventionnelle. La rencontre improbable de deux êtres en perdition. 

Mon avis:

3/5

Après avoir été touchée et emportée par le film Avant toi, adaptation du roman du même titre de Jojo Moyes, avec Emilia Clarke et Sam Claflin,  je  voulais me plonger dans une autre histoire de l’auteure. Je me suis alors penchée sur les livres que j’avais déjà en ma possession et qui m’attendaient patiemment : Jamais deux sans toi et La baie des baleines. Aucun synopsis ne prévalant sur l’autre, je me suis alors souvenue des propos de Jojo Moyes, lors d’une interview pour la promotion du film, concernant le fait qu’un autre de ses bouquins allait avoir une adaptation… et comme vous vous en doutez  il s’agit de Jamais deux sans toi.

Je me suis lancée dans cette lecture en en attendant beaucoup. N’entendant pratiquement que des éloges sur les livres de Jojo, et m’attendant à quelque chose du même calibre qu’Avant toi, j’avais misé beaucoup d’espoirs sur ce livre, et ce fut ma première erreur. Le livre n’est pas mauvais du tout, l’histoire est prenante, les personnages attachants et réalistes. Mais j’attendais toujours à chaque tour de page le moment « plus », le moment « aw » le moment *déchirement de cœur » le moment *joie, arc-en-ciel et barbe-à-papa*… mais ce livre n’est tout simplement pas Avant toi... Si je voulais du avant toi j’aurai tout simplement du lire Avant toi...

Dans cette histoire l’atmosphère est complètement différente. On se trouve à suivre une femme, vivant séparée de son conjoint, à charge de deux enfants et vivant dans des conditions financières très difficiles. Elle est en plein dans le cambouis et on s’enfonce dedans avec elle. On est un peu comme les lecteurs du blog de Nicky, on veut les aider, on souhaite que tout tourne enfin bien pour eux, qu’ils arrivent à temps à leur destination, que Tanzie réussisse tout et limite qu’ils gagnent au loto… et en vrai c’est un peu ce qu’il s’est passé avec Ed, c’est le ticket gagnant d’une certaine façon. C’est la bouée de sauvetage lancée à des personnes qui se retrouvaient coincées en plein milieu de l’océan depuis des heures… Sans pour autant avoir l’image du « chevalier servant » qui vient sauver la demoiselle en détresse, comme on aurait pu se douter, en fait dans cette histoire c’est plutôt Jess, et ses enfants, Tanzie et Nicky, qui vont lui faire prendre conscience de la puissance des sentiments que la vie peut procurer. Ce sont eux qui vont lui redonner espoir en la vie, qui lui a joué un mauvais tour, mais qui face au quotidien de Jess ne prend plus la même dimension.

Selon Ed, Jess est une personne très optimiste, parce qu’elle avance toujours tout droit malgré les problèmes qui lui tombent dessus… et même si je comprends le point de vue, peut être aussi de par mon entourage social extrêmement diversifié, des Jess j’en connais, et c’est pas le terme « optimisme » moi qui me vient en tête on n’est pas dans un centre commercial. Ce n’est pas de l’optimisme que d’avancer dans la vie, ce n’est pas de l’optimisme que d’espérer qu’un jour ou l’autre la roue va tourner, ce n’est pas de l’optimisme de travailler dur pour ses enfants, d’économiser le moindre centimes pour essayer de leur acheter des vêtements décents, ce n’est pas exceptionnel non plus. C’est vivre, c’est vivre courageusement peut être, mais c’est juste vivre dans les circonstances dans lesquelles on se trouve. Alors la partie du roman qui voulait me faire voir Jess comme quelqu’un d’optimiste, ça n’a pas marché avec moi, car elle ne l’est pas vraiment, ou en tout cas je l’ai pas perçu comme ça. Pour moi quelqu’un d’optimiste c’est quelqu’un qui attend le positif à chaque tournant, pas quelqu’un qui espère qu’il va venir un jour, nuance. Ce n’est qu’un détail, mais dans un roman les mots comptent et pour le coup là c’était pas le bon mot en tout cas pour moi.

Jess est tellement bien décrite et son histoire est tellement réaliste (je ne parle pas de la rencontre entre les deux protagonistes principaux, hein), sans pour autant sortir des sentiers battus, que ça manquait d’exceptionnel pour moi, car comme je l’ai dit au début, j’attendais de l’exceptionnel. et j’attendais de l’humour aussi, et ce n’était pas très drôle. Ce n’est pas un défaut mais ça ne répondait pas à mes attentes.

La romance est crédible on y croit on aime le couple, la romance se développe vraiment sur le tard ce qui ajoute à la crédibilité du récit justement, mais si on s’attend à de la romance pure, il faut savoir qu’une grande partie du roman n’en contient pas. L’esprit road trip est sympathique, malgré la forme légèrement répétitive et linéaire du récit. Mais ce que j’ai vraiment adoré dans ce roman, en ce qui me concerne c’est la portraitisation de Tanzie et Nicky et toute l’histoire familiale. Ils sont uniques et c’est justement ça qui les amène à se sentir exclus. Dans une société où quand t’es jeune et que t’es pas comme tout monde, on te tape dessus… Dans une société où dans certains milieux si t’es une fille et que tu préfères les maths au maquillage bah t’es « bizarre »…  

Ce livre montre combien accepter la différence de ses enfants et la cultiver, faire en sorte de trouver des moyens pour qu’ils se sentent moins exclus (merci Ed pour avoir tant aidé Nicky sur ça !!) , les aimer c’est essentiel. L’évolution de Tanzie et Nicky est vraiment belle. Ça te dit qu’un enfant élevé dans l’amour est un enfant qui réussira à s’épanouir d’une manière ou d’une autre et c’est ce genre de message qu’il est important de faire passer… J’ai vraiment aimé tout ce qui concernait la petite matheuse adorable et Nicky l’adolescent différent qui découvre qu’il ne sera pas toujours seul dans la vie…

J‘ai apprécié beaucoup de choses dans ce roman, l’histoire, le périple, le road trip, l’évolution des personnages, et leurs caractérisations. Les petits messages sur la différence, l’injustice, l’amour. Mais j’ai un peu moins aimé la linéarité, le côté un peu classique, le manque d’humour, de second degré dans le personnage de Jess aussi que j’attendais… Jamais deux sans toi est cependant une très belle histoire pour l’été et je te la recommande. 

 Ce qu’en pense les autres : altheainwonderlandcandyshysariahlit

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s